⟵ Retour

Ivry, terre de partages, d'égalité et de respect

Nous avons la ferme résolution de faire d’Ivry un espace où l’égalité n’est pas un vain mot. Une égalité dans une citoyenneté adossée à la laïcité, ce pilier essentiel de la République. Nous avons conscience que notre capacité à renforcer le vivre ensemble dans notre ville se mesurera à l’aune du respect de la neutralité de l’État, principe qui garantit le traitement égal de tou·tes les citoyen·nes loin de toute essentialisation et sans aucune distinction.

​ À l’image de la France, Ivry est riche de la diversité de sa population multiple, diverse, métissée et néanmoins unie dans le creuset républicain qui fait place à chacun. Notre ville s’est enrichie, au fil des décennies, de vagues successives d’habitant·es venu·es des quatre coins de l’hexagone mais aussi d’Europe, d’Afrique et d'Asie, notamment des pays qui étaient anciennement “colonies françaises”. Dans leurs interactions, ces diverses composantes du tissu ivryen façonnent le visage de notre ville ; elles constituent des apports qui enrichissent notre culture et notre histoire commune qui, pour être apaisées, se doivent d’intégrer et de reconnaître les mémoires particulières. Pour autant, nous sommes universalistes attaché·es à toute l'histoire républicaine dont participent à égalité les habitant·es d'Ivry quelles que soient leurs origines ; aucune identité particulière n'est à opposer à la République.

​ C’est par sa politique culturelle que la ville devra valoriser cette richesse et réunir les conditions de l'expression de tou·tes. Cette politique doit viser un travail d’éducation populaire de qualité dans les écoles, les centres de loisirs, maisons de quartier… Dans ce registre, aussi, les ivryen·nes qui pratiquent un culte, qu’elles ou ils soient de confession musulmane, judaïque, chrétienne ou autre, méritent mieux que d’être clientélisé·es. Ils doivent pouvoir disposer de lieux de culte (mosquées, temples, églises …) dignes et salubres. À ce titre, nous sommes favorables à la construction d’une mosquée à Ivry. Cela découle de l’impérative égalité de traitement entre les citoyen·nes, dans le respect de la loi qui prévoit que la municipalité ne finance aucun culte.

​ C’est aussi par cette politique qu’Ivry, ville dont la tradition anticoloniale est profondément ancrée, peut aider à la réhabilitation des valeurs républicaines. La colonisation a représenté l’antithèse et l’exact contraire de ces valeurs. Cet épisode constitue une tache aussi tragique qu’indélébile dans l’histoire de notre pays. Son examen critique est loin d'être terminé. Cela reflète une certaine incapacité française à regarder sa propre histoire en face. De fait, il a fallu attendre 1995 et le discours de Jacques Chirac pour que notre pays reconnaisse l’implication de l’État français dans la déportation des juifs notamment lors de la rafle du Vel d’Hiv. À Ivry des dizaines d'enfants juifs ont été arrêtés et déportés pendant la Shoah et nous voulons continuer à entretenir leur mémoire : Ivry Demain, c’est une ville qui se donnera de célébrer toutes les mémoires, à des fins à la fois commémoratives et pédagogiques, pour continuer à bâtir un avenir en commun.

​La tradition ouvrière et progressiste d'Ivry nous tient à cœur et nous continuerons à la chérir et à la perpétuer.

​De même, la mémoire des républicain·es espagnol·es qui furent accueilli·es à Ivry comme celle des militant·es nord-africain·nes engagé.es pour l'indépendance de l'Algérie, du Maroc ou de la Tunisie est à honorer et faire connaître.

​Nous sommes fiers de notre ville plurielle où chacun·e doit pouvoir trouver sa place quelle que soit son origine.


Appel à tou·tes les indigné·es qui refusent le déni de démocratie !
Le 28 juin 2020, au second tour des élections municipales à Ivry-sur-Seine, la gauche écologique, sociale, démocratique et républicaine ne sera pas représentée. 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK